GIULIANA ZEFFERI
giuliana.zefferi@gmail.com















bio

près de vous
Solo show
en regard d’un poème de Bernadette Mayer
Marcher comme un merle
Bikini, Lyon, Fr.
2020

Collectif W

Fondé en 2010, par un collectif de 8 artistes issus des Beaux-Arts de Paris et de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, l’Atelier W est un artist-run space autogéré situé à Pantin, en banlieue parisienne.

W est un lieu polymorphe. A la fois lieu de création, espaces de travail occupés par des résidents, il est également un lieu de monstrations et d’expérimentations.

W est aujourd’hui constitué d’Ana Braga, Fanny Châlot, Judith Espinas, Céline Notheaux, Catherine Radosa, membres du bureau ainsi que de Sylvain Azam, Sophie Lamm, Yannick Langlois, Giuliana Zefferi membres satellites.

Via des résidences, des invitations, une programmation d’expositions, projections de films, concerts, conférences, workshop, W a toujours mis en œuvre une méthode de travail collégiale et spéculative, autour d’enjeux liés à la pratique de l’art et de son partage.

Chaque année, un projet collectif est pensé sur le long terme et fait l’objet de discussions approfondies qui impliquent chaque membre. Cette coexistence permanente de l’individu et du collectif est orientée vers l’extérieur et fait l’objet d’invitations et de rencontres au delà de notre cercle.

︎

Les Entrées Extraordinaires IV
Avec le Collectif W
Pragovska Gallery
Prague, 2019


“Auxiliaire effectif des mineurs avant l’utilisation d’outils de mesures modernes, le canari a longtemps été élevé par les charbonniers pour les accompagner dans les mines, en prévention des émanations fatales de gaz. Au tournant des années 2000, l’expression climate canary est devenue le signal d’alerte pour tout organisme vivant soumis à une pression environnementale qui peut engendrer des risques pour d’autres espèces, perpétuant l’idée de l’animal en lanceur d’alerte, malgré lui.

Invités par la Pragovka Gallery à produire une exposition collective, les artistes du Collectif W ont empruntés aux canaris cette vocation involontaire à anticiper un futur potentiel et proposé une nouvelle occurrence de leur projet, Entrées Extraordinaires, initié en 2014. Relocalisant la généalogie de ce projet collectif dans le cadre post-industriel des anciennes usines Praga et Kolben, ils interrogent ensemble le rôle et la position des artistes dans les processus de gentrification et de transformation urbaines, au-travers de réflexions liées aux concepts de travail, de production, de coopération et d’écologie.

Résultat d’une recherche collective d’une année et d’une résidence d’un mois sur le site, Mimořádné vstupy 4 (Les entrées extraordinaires IV) est une réaction directe au contexte de Pragovka.”
Extrait du cp rédigé par Y.langlois et C.Radosa.


© Marcel Rozhon



© Catherine Radosa
Red dreams, poème, 2019


Image détournée de ouais, moi j’étais gardienne de but, installation recomposant les éléments d’un dialogue entre deux marionnettes, 200 x 50 x 75 cm, chaises (collection personnelle), coton, simili cuir, impression sur coton, papier, papier mâché, impression sur papier, gravier d‘aquarium, brindilles, fil de coton, biscuit de faïence, fibre végétal tressé, papier miroir, sac plastique, plâtre, terre polymère, cigarette, support pour tablette flexible, tablette, vidéo 4’31
Vue d’exposition, Après le geste, le grand dehors - prologue, Confort Mental, Paris, 2018 Structures en polycarbonate alvéolé, élastiques et attaches de maillot de bain co-réalisées avec Romain Guillet, 350 x 250 x 210 cm, 2018 Ce projet bénéficie de l’aide à une recherche artistique du Centre National des Arts Plastiques, de la participation du DICRéAM, et du soutien de la Drac Ile-de-france
all pictures © Maxime Bessiere


Après le geste, le grand dehors - les collections, vidéo, 1’34, 2018

Épaule, torse et jambes, 3 éléments, simili et tatouage temporaire, 170 x 70 cm, 2018 (détail)

Structure en polycarbonate alvéolé, élastiques et attaches de maillot de bain co-réalisée avec Romain Guillet, 350 x 250 x 210 cm, 2018

Affiche réalisée en co-réalisation avec Martha Salimbeni, édition de 4 tirées à 80 exemplaires, sérigraphie, 84 x 118 cm; Échelle, papier mâché et pigments, 146 x 30 cm; Parrure, terre crue, terre polymère et fil elastique, 30 x 10 x 3 cm, 2018


Affiche réalisée en co-réalisation avec Martha Salimbeni, édition de 4 tirées à 80 exemplaires, sérigraphie, 84 x 118 cm; ; chaises (collection personnelle de l’artiste); Four, biscuit de faïence, 40 x 25 cm, 2018




j’aurais pu descendre le talus, vue d’atelier, papier mâché, coton, céramique, ficelle, impression sur mugs, résine acrylique, 100 x 60 x 40 cm, 2017


Image detournée de the Riddler, vue d’atelier, bois, caoutchouc, briques, impression sur verre texturé et irisé, céramique et papier maché, 170 x 60 x 170 cm, 2016

Horus as a ladder (dne eht), vue d’atelier, fil de fer, faîence, bois, papier mâché, coton, polystyrène extrudé, 80 x 60 x 215 cm, 2017

image détournée de waiting for the sun, vue d’atelier, papier mâché, coton, impression sur mug, set de table en bambou, impression sur verre texturé et irisé, ficelle, coton, tube acier galvanisé, étagère Malm Ikea découpée, 170 x 50 x 160 cm, 2017